© Copyright 2015

Imprint | Disclaimer

 

Plus tard, le CAM devient ICDC la filiale informatique de la CDC. Affecté au département des études, Jean a exercé tous les postes du métier : programmeur débutant, programmeur confirmé, analyste-programmeur, analyste, analyste-concepteur, ingénieur d’étude, ingénieur concepteur. Sa deuxième carrière comme informaticien va de 1970 à 1993.

1971
Avec quelques collègues de travail, il reconstitue un petit groupe de pratiquants d'arts martiaux.

1972
Jean donne des cours de karaté dans le gymnase de sa société à Arcueil. Pour rester à son meilleur niveau technique, Jean consacre désormais une heure d’entrainement personnel par jour avant d’aller travailler.

1974
Ouverture d'un Dojo à l'école d'élèves ingénieurs militaires de l'armement à Bagneux.

1979
Nommé 3e dan Kokusai Butokukai par O’ senseï KIM. O’ senseï KIM, 9e dan, expert dans divers arts martiaux, représentant officiel international du shorinji ryu, a une culture martiale tellement vaste qu’on le surnomme « l’encyclopédie vivante des arts martiaux »

next...

...back

1965
Le 22 mars, Jean se marie avec Michèle BAROT à Grenoble.

1966
Naissance de sa première fille Myriam.

1970
Naissance de sa deuxième fille Cécile.

Après une année de préparation, il est admis au concours d’officier technicien. Reçu pour la partie commune basée sur le niveau des études générales des candidats, il lui reste à passer l’épreuve technique : le combat. Malgré son expérience de la guerre d’Indochine et de deux séjours en Algérie avec de nombreuses citations obtenues en combat, il est éliminé à l’épreuve combat, épreuve notée par un officier du matériel qui n’a jamais commandé une unité de combat ni vu un adversaire sur le terrain. Ecœuré et dégouté, Jean quitte l’armée. Le lien qui le rattache encore à l’armée est rompu. Car Jean a toujours apprécié chez les militaires, la droiture, le courage, le sens du devoir et du sacrifice.

Il part à Paris avec sa famille pour chercher du travail. Après avoir suivi les cours chez BULL et IBM, il passe un concours pour entrer comme informaticien au CAM (centre d’automatisation pour le management), une société spécialisée dans l’informatique.

Curriculum Vitae

| Martial Arts | Personal |

Karate Kobudo Tai Chi
item1
item2
item3

Jean Chalamon | Hanshi | 10. Dan |

2 | 4

item5

© Copyright 2015-2017

 

Plus tard, le CAM devient ICDC la filiale informatique de la CDC. Affecté au département des études, Jean a exercé tous les postes du métier : programmeur débutant, programmeur confirmé, analyste-programmeur, analyste, analyste-concepteur, ingénieur d’étude, ingénieur concepteur. Sa deuxième carrière comme informaticien va de 1970 à 1993.

1971
Avec quelques collègues de travail, il reconstitue un petit groupe de pratiquants d'arts martiaux.

1972
Jean donne des cours de karaté dans le gymnase de sa société à Arcueil. Pour rester à son meilleur niveau technique, Jean consacre désormais une heure d’entrainement personnel par jour avant d’aller travailler.

1974
Ouverture d'un Dojo à l'école d'élèves ingénieurs militaires de l'armement à Bagneux.

1979
Nommé 3e dan Kokusai Butokukai par O’ senseï KIM. O’ senseï KIM, 9e dan, expert dans divers arts martiaux, représentant officiel international du shorinji ryu, a une culture martiale tellement vaste qu’on le surnomme « l’encyclopédie vivante des arts martiaux »

avant...

...retourner

Curriculum Vitae

| Arts Martiaux | Profession |

Karate Kobudo Tai Chi
WIKIPEDIA
facebook
kokusaibutokukai

Jean Chalamon | Hanshi | 10. Dan |

m1
m2

2 | 4